L’existence de FF repose à la base sur les accords convenus dans une convention d’une durée de 25 ans, signée en 2002 entre le Gouvernement Guinéen et la Coujy Corporation, visant à induire en Région Forestière un impact certain de développement économique et social à travers une exploitation rationnelle et durable de bois d'œuvre dans les forêts d’Etat de la région. Dans ce cadre, l’investisseur s’engageait à la réalisation d’un complexe industriel de transformation des bois destiné à produire du contreplaqué et devant fournir au minimum 400 emplois locaux et le Gouvernement à lui fournir du bois d'œuvre à partir des Forêts Classées de Ziama et Diécké pour son fonctionnement.

Le complexe industriel comprend une usine de déroulage, deux scieries et des unités annexes, tel que chaudière, séchoir, garage, etc .... L'usine a été inauguré en septembre 2003 et a développé ses activités, jusqu’à produire 1500 emplois à partir 2008, dont environ 400 réservés aux femmes. Sur les 40 espèces de bois différents exploités, les essences dites secondaires de 3ième catégorie tel que Fromager, Ako, Samba, Kapokier et Ilomba représentent entre 2/3 et 3/4 de la production.

Aujourd’hui, l’effectif moyen tourne autour de 1200 emplois directs, à quoi s’ajoute une bonne centaine d’emplois liés à des prestataires sous contrats avec la société. Si ajoute d'autres emplois induits, tel que fournisseurs journaliers ou saisonniers de services et/ou de marchandises, ils sont nombreux mais non  répertoriés à ce jour. La majorité des employés sont jeunes. L’emploi est ouvert à tous, même ceux qui n’ont pas ou peu d’instruction. L’encadrement et la formation au sein de l’usine est assurée par des techniciens spécialisés à majorité asiatique.

FF assure lui-même son approvisionnement en grumes à travers son département logistique et exploitation. Celui ci est constitué de 3 chantiers de production de grumes et de 2 chantiers routiers pour la réalisation des accès (pistes, ponts et passages busés). La totalité des grumes exploitées sont transforméesOutre une flotte de 15 grumiers, la société dispose aussi d'une douzaine de plateaux porte-char pour l‘évacuation des produits finis vers les marchés nationaux (essentiellement Conakry à 900 km), ensuite régionaux (Mali, Libéria, Sierra Léone et Sénégal) et l’export (Europe, Asie, Afrique du Nord et USA) .

Au delà de la convention, la société a signé un permis de coupe et un cahier des charges qui définissent clairement ses sources et les règles de son approvisionnement en grumes. Toutes ces activités tant d’exploitation, que de transformation, de transport et d’export son suivies et placées sous contrôle de la Direction nationale des Eaux et Forêts et de l’Office Guinéen des bois (OGUIB) (pas moins de 15 contrôleurs journaliers et périodiques en temps normal)

L’impact économique et social de FF sur N’Zérékoré et dans la région est évident. Le dernier arrêt de 33 mois imposé par le contexte social et politique a laissé des traces, et la « fièvre » occasionnée par la reprise de fin 2013 en ont apporté des témoignages nombreux, tant au niveau des employés que des populations et des autorités à tous les échelons. En dehors de l’emploi d’un grand nombre de jeunes, de l’impact monétaire sur l’économie locale (salaires, dépenses diverses), par la réhabilitation de dizaines de km de pistes et de ponts, FF aide chaque année au désenclavement de nombreux villages, ce qui dynamise les échanges commerciaux locaux et même interrégionaux.

FF paye aussi de nombreuses taxes qui alimentent les caisses de l’Etat, des Préfectures et des CRD. Par ailleurs, dans chaque village ou FF passe, des infrastructures d’intérêts communautaires telles que : écoles, postes de santé, maison des jeunes, puits améliorés, terrain de foot, etc … sont construits en accord avec les communautés. Une autre partie des taxes est consacrée à la mise en œuvre sous l'égide de l'administration forestière, de programmes de reboisements communautaires et nationaux à travers le Fonds Forestier national (FFN). Ces actions de reboisement  viennent en complément de celles que prend en charge et exécute directement la FF dans le cadre de ses programmes de reforestation et de reconstruction environnementale.